Jumat, 29 Juni 2012

Le vendredi c'est retour vers le futur ! Et des fois le samedi !!! Salade d'herbes et de fruits rouges...

Forcément quand il s'est agit aujourd'hui de faire ressurgir une recette venue du passé j'ai eu envie d'une recette qui peut se manger avec les fesses sur l'herbe, d'une de ces recettes que l'on pose sur une nappe à carreaux, autour de laquelle on va se retrouver pour un dimanche après-midi en plein air, forcément…
Du coup j'ai pensé à une petite salade toute fraîche comme je les aime, une de ces salades où les herbes et les fruits se retrouvent ! 
Salade d'herbes et de fruits rouges
Ingrédients : 1 belle poignée de roquette – 2 tiges de menthe effeuillées – 2 tiges d'origan effeuillées – une douzaine de fraises coupées en deux (pas trop grosses de préférence) – une vingtaine de framboises - 1 boule de mozzarella - poivre

Pour la vinaigrette : 4 càs de vinaigre balsamique blanc – 2càc de gelée de cassis – 10 framboises – 2càc d'huile d'olive

Commencez par faire la vinaigrette. Mettez dans une petite casserole le vinaigre, le cassis, et les framboises et faites bouillir à feu vif. Passez alors le tout à travers une passoire et reversez le liquide dans la casserole, réduisez alors en un sirop épais. Versez –le dans un bol, ajoutez l'huile et mélangez bien. Si le mélange est trop épais diluer avec 1càc d'eau.

Coupez la mozzarella en assez fines tranches.
Répartissez joliment tous les ingrédients de la salade, la roquette, la menthe, l'origan, la mozzarella, les fraises et les framboises. Assaisonnez avec la sauce et finissez avec quelques tours de moulin à poivre et éventuellement un trait d'huile d'olive, salez si nécessaire et mangez de suite.
Et pour avoir tous les détails de notre pique-nique de demain cliquez sur le logo juste en dessous !
 Mais pourquoi, bon j'en ai plein les pieds des danses de la pluie moi… est-ce que je vous raconte ça…

Petit tartare de saumon fumé tout acidulé aux deux citrons et plein d'choses !

Le cru pour moi c'est une histoire d'amour qui dure depuis longtemps longtemps. Dans les restaurants je demande des viandes bleues en espérant qu'elle ne connaisse pratiquement pas la brûlure de la poêle, bleu c'est bleu comme disait l'autre…
Le problème c'est que chez moi le seul crudivore de nature c'est moi. Les autres me regardent un peu comme si je faisais cuire mes poulets sans même les déplumer, comme un fils des âges farouches qui n'aurait pas encore inventé le feu en frappant deux cailloux l'un contre l'autre. Du coup, je transige, je détourne et j'essaie de ruser et de petit à petit les faire venir sur mon terrain leur faisant d'abord aimer les presque crus, cuits au sel ou au citron, fumés ou marinés, jusqu'à enfin les attirer jusqu'au cru.
Et c'est comme ça que je prépare régulièrement des petits tartares au saumon fumé jusqu'au jour ou discrètement j'arriverais à remplacer le fumé par le cru… J'y arriverai ! Mais en attendant c'est moi qui suis en train de me laisser prendre par le fumé…
Petit tartare de saumon fumé tout acidulé aux deux citrons et plein d'choses !
Ingrédients : 3 belles tranches de saumon de Norvège Norge – 3càs à soupe de courgette hachée en tout petits cubes – 2càs de pomme verte hachée en tout petits cubes – 1càs d'oignon rouge haché en tout petits cubes – du zeste de citron vert et jaune râpé très finement – du jus de citron – de l'huile d'olive – sel et poivre
Commencez par tailler en fines bandes vos tranches de saumon, puis coupez-les en tout petits cubes.
Tassez le saumon dans un cercle.
Mélangez la courgette, la pomme verte, l'oignon et un peu de zeste de citron vert et jaune. Arrosez le tout d'un filet d'huile, d'un trait de citron, d'une pincée de sel et d'un peu de poivre moulu.
Posez ce mélange sur le saumon dans le cercle et tassez bien.
Décorez d'une lamelle de saumon et d'une tranche très très fine de citron.
Mangez sans attendre.
Article sponsorisé

Mais pourquoi, et si je mélangeai un peu de cru et un peu de fumé histoire de les habituer sans brutalité les pov'bichons ! est-ce que je vous raconte ça…

Kamis, 28 Juni 2012

Je pique-nique, tu pique-niques, nous pique-niquons… Paris, Paaaaaaariiiiiiiis ! C'est parti dimanche 1er juillet même endroit, même heure !!! Et p’tit gaspacho vert pour fêter ça…

Ayé l’autorisation de nos amis de la mairie de Paris est arrivée et nous pourrons donc comme chaque année nous retrouver sur notre petit carré de pelouse du côté des jardins de Bercy, même endroit et même heure !

Et voilà donc le détail de ce qu’il faut savoir, le quoi, le quand, le pourquoi… tout ce qu’il faut savoir quoi !

- Qui vient ? Les amateurs de blog… ceux qui ont un blog et ceux qui aiment les lire ! et on peut venir avec amies, maris, amants, grand-mères, oncles, enfants… ou tout seul ! mais pas d'animaux… interdits dans les jardins de Bercy…
- Quand vient ? les Dimanches 1er juillet et/ou 5 août à partir de midi… mais vous pouvez arriver plus tard ! Nous y serons jusqu'à… je pense la fin de la sieste mais chacun peut partir quand il le veut bien sûr.
- Où vient ? Dans les jardins de Bercy (nous serons sous la croix sur la 'tite carte) accolés au métro Cour Saint-Emilion (ligne 14) ou Bercy un peu plus loin… ne vous inquiétez pas cette partie du jardin n'est pas gigantesque et sur l'herbe un tas de blogueurs ça se voit !- Pourquoi vient ? Pour être ensemble et manger un bout…
- Avec quoi vous vient ? Chacun prend son pique-nique, et ça peut être un casse-croûte jambon beurre… et pour les plus courageuses ou courageux, elles ou ils peuvent prendre quelque chose de plus, une boisson, un truc salé, un truc sucré… un truc quoi… à faire goûter à ceux qui sont autour. Ne faites pas pour 15, pour 2 ou 3 c'est déjà bien ! Eventuellement un truc pour manger dessus (nappe, plaid, couverture…), mais l'herbe pour pique-niquer c'est bien aussi !
- Avec quoi moi viens ? Avec un stock d'assiettes, en carton mais avec des petites fleurs, de gobelets et de couverts, en plastique sûrement… donc n'apportez pas tout ça à moins que vous ne vouliez manger dans votre vaisselle en porcelaine et vos verres en cristal !
Des idées, des questions, des suggestions à vous de jouer maintenant ! Et si vous avez vraiment peur de ne pas nous trouver n'hésitez pas à m'envoyer un petit mail (doriancuisine@free.fr) je vous dirai comment faire sonner mon portable ,-)!!!
Et donc pour fêter ça et se donner de la force pour faire les danses du soleil, un petit gaspacho tout vert… enfin presque !
Gaspacho tout vert pour les danseurs du soleil
Ingrédients :  4 belles tomates vertes – 1càs d’huile d’olive – 1càs de pignons bien dorés – une quinzaine de feuille de basilic – ½ càc de sucre en poudre – quelques cerises napoléon (pas trop acides) - sel et poivre
Commencez en épépinant les tomates puis mettez-les dans le mixer. Ajoutez l’huile d’olive, les pignons, les feuilles de basilic et le sucre en poudre et mixez le tout, insistez bien.
Coupez ensuite les cerises en deux, puis en petites tranches après avoir enlevé le noyau.
Placez les cerises sur le gaspacho et terminez en parsemant par dessus quelques pignons hachés, quelques petites feuilles de basilic et un tout petit filet d’huile d’olive.

Mais pourquoi, bon c’est pas tout ça faut danser maintenant… est-ce que je vous raconte ça…

Se souvenir des bons moments… Un atelier charcuterie tout en bonne humeur et en gourmandise, la preuve par l'image et en recettes !

J’aime les ateliers que nous propose régulièrement la bande des 750g parce qu’ils me permettent d’abord souvent de partager de nouveaux produits, de nouvelles préparations.
Cette fois-ci la charcuterie était à l’honneur  avec la FICT Charcutiers Traiteurs et nous avons découvert andouille, chipolata charcutière et un jambon… un jambon… Je crois que je suis tombé amoureux d’un cochon ce soir-là, le noir de Bigorre grâce au jambon de Frédéric Bonomelli. Un jambon généreux en gras et en goût au point que j’ai dû pendant la soirée déguster au moins un cochon entier et peut-être même plus…
J’aime ces ateliers parce que j’y retrouve celles et ceux que je connais et avec qui j’ai la chance de cuisiner, parce que pour moi partager la cuisine c’est vraiment une chance. Et ce soir-là autour des fourneaux avec moi il y avait Brigitte et Stéphanie avec qui je n’avais pas encore eu la chance de cuisiner.
J’aime ces ateliers pour les rencontres et les découvertes qu’ils produisent et ce soir-là j’ai fait la connaissance d’une Francessa aux fourneaux, de Valérie. Je connaissais bien sûr son blog depuis longtemps mais pour moi qui aime d’abord les gens et ensuite les blogs, rien ne remplace ces moments partagés avec celles et ceux qui sont derrière ces blogs. Des moments qui m’ont permis  de découvrir une cuisinière inspirée, ça je n’en doutais pas, et aussi… plus qu’une cuisinière, juste une personne ouverte et amicale, une jolie rencontre en tout cas.
J’aime ces ateliers pour toutes ces raisons… et celle de ce jour-là parce que moi, la charcuterie, je ne sais pas y résister !
Et voilà les recettes que nous avons réalisées tous ensemble ce soir-là et que nous avons partagées ensuite avec bien d’autres ! Des recettes que Valérie a très gentiment écrites et titrées avec inspiration. Merci pour ça et encore pour cette très bonne soirée commune !
Rougail fraîcheur de chipolata charcutière
Ingrédients pour 4 personnes :  6 chipolatas charcutières - 2 belles tomates mûres + 1 moyenne - 2 oignons frais ou cives - 2 gousses d'ail - 1 doigt de gingembre frais - Huile d'olive vierge extra - sel fin - poivre du moulin - pluches de brèdes chouchou - radis frais
Peler et dégermer l'ail, le râper, réserver. Peler l'oignon et le hacher, réserver. Peler le gingembre et le râper, réserver. Emonder les tomates mûres et les couper en gros dés, réserver.
Chauffer doucement 2 càs d'huile d'olive au fond d'une sauteuse, pocher 5 mn les 2/3 des oignons puis rajouter l'ail et le gingembre râpé, faire sauter à feu moyen puis rajouter les tomates, augmenter le feu, saler, mélanger puis laisser suer à découvert jusqu'à évaporation.
Détailler en rondelles les chipolatas charcutières puis les faire dorer sur les 2 faces à la poêle sèche, réserver.
Mélanger le reste d'oignon frais haché avec quelques quartiers de tomates fraîches, les pluches de brèdes chouchou et quelques radis, réserver.
Quand le fond de rougail a bien réduit, rajouter les chipolatas, poivrer puis faire sauter, laisser réchauffer à feu doux en remuant de temps en temps.
Rajouter le mélange de verdures fraîches avant de dresser.
Chiffonnade d'andouille et nids de courgettes à la salade de plombs, légumes primeurs, assaisonnée au tamarin
Ingrédients pour 4 personnes : - 16 tranches fines d'andouille - 80g de plombs - 1 courgette - 1 poignée de petits pois frais - 1 poignée de haricots verts - 1 gousse de tamarin frais - 20 cl de vinaigrette à l'huile d'olive vierge extra – sel - poivre du moulin
Faire cuire les pâtes dans une grande quantité d'eau salée le temps qu'il faut pour qu'elles soient al dente. Les égoutter puis les rincer à l'eau froide, réserver.
Cuire à l'eau bouillante salée les petits pois et les haricots verts taillés au même format. Détailler à l'économe (ou l'éplucheur à pdt, plus efficace) 8 tranches fines de courgettes dans la longueur. Débiter en brunoise le reste de la courgette.
Ebouillanter 30 secondes les tranches fines puis les laisser sécher sur du papier absorbant.
Blanchir les dés de courgettes, les égoutter puis les réserver.
Retirer la chair du tamarin en pressant pour évacuer le noyau puis en râpant avec un couteau pour ne retenir que la pulpe : faire dissoudre la pulpe de tamarin dans la vinaigrette.
Assaisonner les plombs, rajouter les verdures, mélanger puis réserver.
Faire sauter la moitié des tranches d'andouille dans une poêle sèche en les aidant à se défaire. Détailler en bâtonnets le reste d'andouille puis mélanger les 2 andouilles pour en faire une chiffonnade. Enrouler chaque tranche de courgette sur elle-même, déposer au creux du nid obtenu la salade de plombs assaisonnée au tamarin puis parsemer le plat de chiffonnade d'andouille au moment du dressage.
Salade sucrée-salée United Colors of Le Noir de Bigorre
Ingrédients :  une dizaine de tranches de Jambon Le Noir de Bigorre – 2 pêches blanches ou deux brugnons – 2 figues – 3 ou 4 tomates de couleurs différentes de préférence – 1 càs d’amandes effilées - des jeunes pousses, ici de cresson et un peu de roquette – 2càs d’huile d’olive – 1càs de citron – sel et poivre
Détailler les tranches en chiffonnade, dorer les amandes effilées, couper les tomates et les fruits, préparer la vinaigrette avec l’huile d’olive, le citron et une pincée de sel.
Mélanger tout sauf de Noir de Bigorre et les amandes, assaisonner avec la vinaigrette puis dresser la salade sur un plat.
Rajouter le Noir de Bigorre et les amandes torréfiées, faites abracadabra avec vos baguettes et voilà!
Article sponsorisé

Mais pourquoi, il est où mon cochon… l’est où ??? est-ce que je vous raconte ça…

Bordeaux fête son vin et moi qui aime le vin et Bordeaux, j'y cours, j'y cours… Vous faites quoi cette fin de semaine ???

Bordeaux et le vin sont liés depuis des siècles au point que souvent il suffit de citer la ville pour voir dans l’œil de son interlocuteur couler comme une goutte de… vin, une larme de joie.
Et pendant cette fin de semaine Bordeaux, bonne fille, fête le vin qui lui a donné tant de plaisir et de célébrité ! Alors si vous avez l’occasion de passer par là-bas n’hésitez pas, moi j’y file de ce pas avec une joyeuse bande de blogueuses et de blogueurs et si jamais j'ai l'occasion de vous croiser par là-bas ce sera avec grand plaisir !
Et voilà un apéritif de ce qui vous attend !
« L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. A consommer avec modération. »

Mais pourquoi, le premier bordeaux du jour… blanc ou rouge… rouge ou blanc… est-ce que je vous raconte ça…

Rabu, 27 Juni 2012

Le mercredi, c'est Repas Divin ! Avec un clafoutis salé de poivrons caramélisés, coulis de roquette au programme de ce 9e épisode !

Le mercredi c'est donc le rendez-vous avec Repas Divin la web série gastronomique et aujourd'hui au programme :
- « Côté cuisine » : Clafoutis salé de poivrons caramélisés, coulis de roquette
- « Côté cave » : Les accords mets/vins
- « Week-end divin » : Survol en montgolfière d’un vignoble
- « La minute dégustation » : En voiture !
Clafoutis salé de poivrons caramélisés, coulis de roquette
Ingrédients pour 6 personnes : 6 œufs - 120 g de farine - 300 g de crème épaisse - 30 cl de crème liquide - 100 g de parmesan râpé - 2 poivrons rouges - 20 g de miel - 30 g de pignon de pin dorés - 100 g de roquette - 1 gousse d’ail - 5 cl d’huile d‘olive - 5 g de gros sel, sel fin, poivre.
Préchauffer le four à 180 °C (th. 6).
Éplucher les poivrons et les épépiner, les tailler en gros cubes.
Dans une poêle chaude, dorer les poivrons rouges à l’huile d’olive de chaque côté. Assaisonner de sel, puis verser le miel, et le laisser caraméliser. Bien enrober les poivrons puis débarrasser dans une passoire. Mélanger les pignons de pin aux poivrons égouttés.
Battre les œufs en omelette dans un saladier. Ajouter progressivement la farine, le parmesan râpé, puis les crèmes, assaisonner de poivre. Mélanger le tout.
Déposer du papier cuisson dans un plat puis verser la pâte. Disperser ensuite les poivrons sur le clafoutis, puis enfourner pendant 40 min. Laisser tiédir.
Pour le coulis de roquette.
Porter un grand volume d'eau salée à ébullition. Laver les pousses de roquette, puis les plonger dans l'eau bouillante durant 4 min. Égoutter, puis mixer dans un bol blender avec un peu d'eau de cuisson et la gousse d’ail épluchée. Ajouter l'huile d'olive pour émulsionner la sauce et rectifier l'assaisonnement.
Couper le clafoutis encore tiède et le servir avec une cuillère de coulis de roquette.
Le plus du chef :
Dégustez aussi ce clafoutis à l’apéritif, en petits cubes. Vérifiez la cuisson du clafoutis en piquant la lame d’un couteau dedans, si elle ressort sèche, il est cuit.

Mais pourquoi, juste la recette qu'il faut avec le soleil qui revient ! est-ce que je vous raconte ça…

Senin, 25 Juni 2012

Demandez mon burger ! demandez mon burger ! Blend, le Camion qui fume et mon B&B aux tomates confites !!!

Entre le hamburger et moi c'est une vieille histoire, très très vieille histoire…
Ça date de l'époque lointaine de l'adolescence où prêt à tout goûter je n'hésitais pas à manger de tout et surtout n'importe quoi ! Je crois que j'en ai mangé de toutes les formes, de toutes les tailles et peut-être même selon leur état de fraicheur, de toutes les couleurs.
Mais à part la regrettée Hollywood Cantine où j'allais de temps en temps manger leur 250, un burger ogresque que j'avalais avec les yeux plein de bonheur avant de me noyer dans une baignoire de Milkshak'fraise… Mais donc à par là les autres burgers n'ont jamais vraiment été mes amis.
Et voilà que le burger semble se réveiller et que de nouvelles adresses apparaissent, des adresses où il semble de nouveau fréquentable, alors je suis moi aussi reparti, l'espoir en bandoulière.
Chez Blend d'abord, Blend et son savoureux hamburger avec sa viande goûteuse et fondante à la fois, cuite juste à point demandé, ces buns parfumés , son bacon croustillant et son cheddar fondant.
Mais aussi ses tables lilliputiennes et son local digne d'une maison de poupées devant lequel il faut souvent faire le pied de grue pendant d'interminables dizaines de minutes.
J'ai aimé leur burger qui a disparu en à peine quatre bouchées voraces, peut-être qu'un poil de plus… mais pourquoi n'ont-il pas fait juste un drive'in, quand on a si peu de place et envie de tant de clients, au moins on pourrait attendre assis !
Et puis l'autre jour alors que nous allions partir chacun de notre côté après un atelier commun, Pascale et moi avons vu le Camion qui fume, et j'ai l'impression que nous avons pensé la même chose, plus vraiment faim mais… C'est fou ce que peut nous faire faire la bouffe…
Il faut dire qu'à peine une dizaine de personnes attendaient devant le camion, une occasion inespérée compte tenu du succès habituel du Camion qui fume.
Et quelques minutes après nous étions notre généreux burger à la main et là nous avons oublié notre manque d'appétit dès la première bouchée ! Buns moelleux à souhait, viande savoureuse comme un steak  que l'on aurait haché amoureusement à la main, salade croquante, fromage coulant, tomate, pickles, oignons… tout est parfait. Pascale lâche un c'est bon ! qui résume tout, je n'ai même pas le courage de lui répondre, je préfère savourer ma dernière bouchée… C'est fou ce que peut nous faire faire la bouffe.
Trois minutes plus tard je suis de nouveau devant le camion à commander quatre burgers de plus accompagnés d'un grand sourire de Kristin, le lutin malin qui tient la cuisine et les commandes du camion. Pour la maison me glisse-t-elle ? Pour la maison, je confirme avant de penser si je résiste…

Les burgers du camion qui fume sont donc irréprochables et mon seul regret du soir sera qu'un seul burger était proposé au menu, le classique, et que je n'ai pas pu dévorer les autres spécialités de la maison !
Néanmoins tout comme chez Blend, habituellement il faut mériter son burger du Camion qui fume alors armez-vous de patience, ce dont je manque quand il s'agit de manger !
Au final il semble que les burgers de qualité soient de retour à Paris pour peu que   l'on ait le temps, beaucoup, beaucoup, beaucoup de temps ou un peu de chance, ce qui reste pour moi le plus grand handicap de ces deux lieux. Suffisamment pour que je n'y retourne pas ? faut voir…
Et du coup le lendemain j'ai forcément eu envie de burgers maison ce qui reste peut-être le moyen le plus sûr d'avoir le goût sans attendre… ou presque !
Et si vous avez d'autres adresses, je prends !!!
B&B aux tomates confites
Ingrédients pour chaque burger : 1bun si possible maison – 120g de steak haché – 4 tranches très fines de lard fumé - 5 ou 6 petites tomates cerises – 2 ou 3 oignons nouveaux – 1ou 2 feuilles de salades (de la feuille de chène en ce qui me concerne) – du fromage, du cheddar fondu, c'est bien mais sinon comme moi du fromage carré qui fond, pas vraiment de goût mais fondant - votre sauce préférée (un conseil essayez le burger brown sauce-moutarde, 50/50 de chaque…) – huile d'olive - sel et poivre
Commencez par mettre les tomates cerises au four, à 180°, dans un plat arrosées d'un filet d'huile. Laissez-les jusqu'à ce qu'elles soient bien ridées presque à se défaire.
Pendant ce temps émincez les oignons, puis cuisez-les à la poêle avec un filet d'huile, et à feu moyen jusqu'à ce qu'ils commencent à dorer.
Préparez enfin la viande, faites un joli palet bien rond, posez-le sur une tranche de lard puis repliez-la de manière à la ramener sur le dessus. Tournez la viande d'un quart de tour sur une nouvelle tranche de lard, rabattez de la même manière. Tournez d'un huitième de tour et recommencez la manœuvre une nouvelle fois avec une autre tranche de lard puis recommencez avec la dernière tranche en tournant d'un quart. Les photos devraient vous aider à comprendre le principe. Terminez en piquant un cure dent au centre de la viande pour maintenir le tout.
Mettez les palets de viande emballée dans un four préchauffé à 220° pendant 18 à 20 minutes.
Quand la viande est prête, faites griller les pains puis montez les hamburgers.
D'abord la salade, le fromage, la viande, les oignons et les tomates… de la sauce si vous voulez ! et il n'y a plus qu'à ouvrir la bouche bien bien grand !

Blend : 44 rue d'Argout Paris 2e et sur leur site internet : Blend
Le Camion qui fume étant itinérant suivez le sur son site : Le Camion qui fume

Mais pourquoi, je me demande ce que je vais bien pouvoir mettre dans mon prochain… est-ce que je vous raconte ça…

Tarte minute aux fruits rouges et à la crème avec ancel - Ma Pâte à Tarte Croustillante, parce que des fois on n'a que trois minutes cinquante pour nourrir ses poussins !

A la maison où on n'est pas à une contradiction près la cuisine ça se prépare de toutes les manières…
Des fois dans de longues angoisses pendant lesquelles je passe mon temps à me ronger l'imagination à la recherche de LA recette qui me fait envie, avec des ingrédients que je suis tout juste obligé de chercher au fin fond du Mékong ou dans une plaine de l'Arizona et un temps de préparation digne de l'organisation des jeux olympiques en Chine. Et d'autres fois, faut que ça aille vite mais alors très très vite parce que j'ai ma bande de poussins qui piaille de faim et ça vraiment je ne supporte pas !
Là faut que ça swingue, que ça pulse parce le poussin peut passer du gazouillis léger à la sirène hurlante si ça ne vient pas assez vite.
Du coup à la maison on a quelques recettes de remplissage de poussin, quelques recettes bonnes et surtout rapides, et dans ce domaine la tarte minute est un grand classique !
Le principe est simple une pâte croustillante et plein de bonnes chose dessus. Ça va vite, il suffit de cuire la pâte et surtout c'est bon !
Du coup en recevant Ma Pâte à Tarte Croustillante une nouveauté d’ancel, je me suis dit que nous pouvions être amis tous les deux.
Parce que forcément au moment de faire le fond de tarte comme j'ai la mémoire d'une poule neurasthénique et qu'un coup de stress vient se poser par-dessus, au moment de faire la tarte donc je n'ai plus la recette, je ne sais plus où elle est et des fois même plus quel est mon prénom…
Du coup imaginer que je n'ai qu'à mettre la main dans le placard à ajouter du beurre fondu et de l'eau, à pétrir un peu et que je peux l'utiliser sans même la passer au frigo, inutile de dire qu'au niveau du piallage de poussin ça allait m'arranger la vie !
Et effectivement à ma grande surprise en deux trois mouvements ma pâte était prête et croustillante et mes poussins, et mes oreilles, heureux !
Tarte minute aux fruits rouges et à la crème avec ancel - Ma Pâte à Tarte Croustillante
Ingrédients : un sachet de Ma Pâte à Tarte Croustillante d'ancel (vous pouvez bien sûr si vous avez plus de temps et la recette faire une pâte maison) – 100g de beurre – 5càs d'eau – 100g de framboises – 100g de fraises – 1càs de pistaches – quelques feuilles de menthe – 10cl de crème liquide entière – 150g de mascarpone – 1càs de sucre glace - 1càs de gelée de pomme
Réaliser la pâte selon les indications, mélangez le contenu du sachet avec le beurre fondu puis ajoutez l'eau. Etalez tout de suite la pâte avec les doigts en tassant bien sur votre moule couvert de papier sulfurisé, piquez la pâte et enfournez pendant 20 minutes dans un four préchauffé à 170°.
Pendant ce temps battez la crème, ajoutez le sucre glace et fouettez encore un peu. Ajoutez le mascarpone et fouettez encore un peu.
Quand la pâte est bien cuite et croustillante laissez-la refroidir puis étalez la crème.
Répartissez les fruits sur la crème et parsemez enfin les pistaches hachés, les feuilles de menthe et la gelé et… c'est tout !
Pour finir et vous permettre vous aussi de découvrir ces produits ancel, je vous propose un petit jeu tout simple…Dites-moi dans les commentaires ce que vous mettriez, vous,sur votre fond de tarte pour réaliser un fond aussi gourmand que rapide ??? Et une main innocente, celle de mon hamster viendra tirer au sort trois gagnants qui recevront :
1er lot : panier ancel (composé de 2 innovations « mon cheesecake » et « mon flan pâtissier ») + 2 bons de réduction (2 et 3€) à valoir sur les gammes de produits Dr.Oetker ancel + 1 chèque cadeau de 20€ à valoir chez Alice Délice.
2e et 3e lot : panier ancel (composé de 2 innovations « mon cheesecake » et « mon flan pâtissier ») + 2 bons de réduction Dr.Oetker ancel
Et surtout n'oubliez pas de laisser votre mail dans le message ou de m'envoyer un mail là : doriancuisine@free.fr en copiant votre commentaire, comme ça j'ai le mail et il n'apparait pas… Mais n'oubliez pas ! Vous avez jusquà lundi 18 juillet minuit pour jouer !
Et pour en savoir plus sur ancel, une marque quasi centenaire et sur leurs nouveautés voilà quelques infos…
C’est en 1919 que la marque ancel est née à Strasbourg. Ancel fabrique alors des levures & sucres et des desserts à préparer. La société se développe progressivement avec de nouveaux produits comme les préparations pour gâteaux, les aides à la pâtisserie…
Pour la petite histoire, ancel appartient au groupe familial Dr.Oetker qui commercialise plus de 3500 produits à travers le monde. C’est en 1891 qu’un jeune pharmacien allemand du nom d’August Oetker eut l’idée révolutionnaire de créer le premier sachet individuel de levure chimique, qui offrait à la ménagère la juste dose pour faire lever 500g de farine.
Un concept parfait qui facilite la tâche des ménagères, favorise une longue conservation de la levure, qui ne dénature pas la préparation (goût neutre) et qui permet aux gâteaux de gonfler et de dorer doucement.
Les trois dernières nouveautés ancel :
Mon Flan Pâtissier  Une préparation pour flan pâtissier pour obtenir un flan onctueux et bien épais, qu' ancel vous invite également à revisiter en le customisant au gré de votre imagination.
Mon Cheesecake Une préparation  qui se décline et se customise à l'infini, au gré de vos envies et de votre imagination
 Mes Madeleines  Grâce au moule inclus, ce sont 12 madeleines moelleuses, joliment dorées et prêtes en seulement 8 min. Elles accompagnent aussi bien le goûter des enfants que la pause-café ou l’instant thé des grands.

Et pour savoir qui sont les gagnantes cliquez là : Les gagnantes !

Mais pourquoi, je me demande ce que j'aimerais bien préparer d'autre en deux temps trois mouvements… est-ce que je vous raconte ça…
Vidéo virale par ebuzzing

Esterelle et moi c’est une vieille histoire… Un wrap croque-madame mademoiselle ??? drôles de questions et livres dans tous les sens !!!

Esterelle Payany est arrivée chez moi à en 2005, quelques mois avant l’ouverture de ce blog, avec un drôle de petit livre Cuisine de fête chic et pas chère : Recettes délicieuses pour soirées chaleureuses qui déjà révélait le caractère facétieux d’Esterelle. Et après je l’ai suivie de livres en livres, de potirons en babas, de panés en soufflés et de smothies en brunchs branchés… Petit à petit elle a donc peuplé avec gourmandise les rayonnages de ma bibliothèque.
Et puis un jour je l’ai rencontrée et je me suis rendu compte que cette jeune femme mélangeait avec bonheur l’impertinence, une amitié fidèle et une énergie… très énergique Et lors de notre dernière rencontre du côté d’un grand quotidien du matin, je vous en reparle bientôt, elle est arrivée avec ses deux derniers venus, Wraps aux Editions Solar et La cuisine est un jeu chez Librio avec Marie Donzel.
Dès que je les ai eus en main, je me suis instinctivement plongé dans Wraps, sans doute à cause de l’heure, d’un début d’appétit galopant et de ma faiblesse pour les petits roulés. Me voilà donc parti à feuilleter les pages rapidement, à midi j’évite les arrêts au risque de me retrouver en train de lécher les pages avidement ! Mais petit à petit mon rythme s’est ralenti et les pages se sont cornées les unes après les autres et après un moment d’absence rêveuse face au Wraps curry, je ai refermé le livre lui promettant quelques joyeuses parties de cuisine dès mon retour.
Comme il me restait de l’appétit à revendre je me suis intéressé à  La cuisine est un jeu.
Le neurone du garçon étant une chose rare il ne faut pas le surcharger, diriger le doigt qui tourne les pages lui suffit à être au bord de la méningite ! Alors espérer qu’il réfléchisse en même temps...
Et plus je tournais les pages et plus je cherchais les recettes et plus je ne les trouvais pas… étrange que je me suis dit. J’ai dû alors ralentir le doigt qui tourne pour essayer de réfléchir un peu.
C’est là que je me suis rendu compte que le titre du livre indiquait son contenu ! Ce n’est pas un livre de recettes, même s’il y en a aussi comme disait l’autre, c’est un livre de jeux, ludique et malin ! Et de pages en pages ce sont donc QCM, questionnaires et autres mots croisés qui se succèdent tout cela agrémenté de quelques recettes.
Du coup si vous voulez savoir pourquoi les fèves peuvent être sulfureuses, quelle est l’herbe la plus coquine ou ce qui compose un café blanc et des centaines d’autres choses en vous amusant avec gourmandise essayez La cuisine est un jeu. Et si vous préférez vous les rouler et mettre de drôles de galettes à toutes les sauces, voyager du Mexique à la Scandinavie, rouler libanais ou italien, c’est vers Wrap que vous devez tourner le regard. Et si vous hésitez, comme ces deux ouvrages sont à petit prix et bien…
Et moi en rentrant j’ai donc retrouvé Wraps pour mettre mes menaces culinaires à exécution en détournant la recette de wrap croque-monsieur pour la travestir en croque-madame ! Une recette toute simple avalée aussi sec par ma bande de castors.
Un wrap croque-madame mademoiselle ???
Ingrédients : 4 tortillas toutes faîtes (ou alors faites maison) – 4 tranches de jambon – 40g de beurre – 120g de comté râpé – 4 portions de Vache qui rit (Esterelle en utilise 8) – 16 œufs de caille – sel et poivre
Commencez en tartinant la vache qui rit sur les tortillas et si vous n’aimez pas la Vache qui rit@ de la bonne crème fraîche bien épaisse, bien onctueuse ça le fait aussi.
Répartissez ensuite le comté râpé, poivrez puis posez une tranche de jambon par dessus.
Passez-les ensuite à la poêle avec un morceau de beurre d’abord à plat pour bien les dorer partout puis pliées pour finir de bien fondre le fromage de chaque côté.
Dès qu’elles sont prêtes faites rapidement cuire les œufs de caille 4 par 4 en penchant la poêle pour leur donner une forme de lune, attention ça va très vite.
Ensuite un coup de poivre, une pincée de sel et c’est prêt !
Ouvrages offerts
Mais pourquoi, ah tiens je savais bien qu’il ne fallait pas tartiner le foie gras ! est-ce que je vous raconte ça…

Minggu, 24 Juni 2012

Le dimanche c’est coquillettes et visite dans le bistrot de Grégory Cuilleron, son premier livre…

Beaucoup parmi ceux qui s’intéressent à la bouffe savent qui est Grégory Cuilleron. Ils ont suivi ses aventures dans différents épisodes du Diner presque parfait et ensuite dans Top Chef. Et voilà que maintenant Grégory Cuilleron sort son premier livre chez M6 Editions, Dans le bistrot de Grégory, un livre aussi amical que l’auteur.
J’ai eu la chance de croiser Grégory, trop rapidement, et le garçon est à l’image de ce que nous avons découvert sur les écrans, il porte le même grand sourire et donne de son temps avec une attention amicale qui manque à quelques cuisiniers cathodiques. Du coup je suis entré dans son livre avec un a priori plus que positif, et de page en page mon a priori s’est confirmé.
La cuisine de Grégory peut se résumer par un des titres de son livre, Entre copains ! En effet sa cuisine est  de ces cuisines chaleureuses que l’on aime partager, salade de pot-au-feu, terrine de blanquette de veau ou la terrine de grand-mère Augustine, me donnent l’envie de tables amicales et de vins de copains. Il en va ainsi tout au long de son livre, on s’imagine au fil des pages dans un petit bistrot aimable ou le dimanche entouré de sa famille.
Et c’est ce qui fait pour moi le charme de son livre, cette ambiance chaleureuse où chacun pourra trouver des recettes à son niveau, des plus simples sans être simplettes, bouillon d’oignon au vin jaune,  pizza revisitée, petits farcis végétariens… à des plats plus complexes en goûts et en ingrédients, poularde à la sauce au foie gras, sole bretonne aux cannelonis d’aubergine... Si vous aimez vous aussi ces livres de cuisine qui vous entraînent dans l’arrière cuisine et vous donnent envie de relever vos manches pour préparer un petit repas amical, n’hésitez pas jetez un œil sur ce livre et ne vous étonnez pas si vous repartez avec l’ouvrage de Grégory sous le bras !
Et comme le dimanche j’aime la simplicité mais quand même étonner les miens, voilà une recette de coquillettes étonnantes que j’ai un peu remise à mon goût mais très très inspirée par celle de Grégory.
Coquillettes en gratin de saucisson à deux dans les yeux…
Ingrédients : 150g de coquillettes – 4 tranches de saucisson d’environ ½ cm d’épaisseur – 3càs de comté râpé (généreuses les cuillerées) – 3càs de crème fraîche épaisse (généreuses aussi) – 2 œufs
Commencez en faisant cuire vos coquillettes selon les indications du paquet, cuisez-les al dente. Puis égouttez-les et mettez-les dans un grand bol pour deux.
Pendant la cuisson des coquillettes coupez le saucisson en petits cubes puis faites chauffer une poêle sur feu vif. Colorez les cubes de saucisson comme pour des lardons.
Ajoutez ensuite la crème et le comté râpé mélangés ensemble aux coquillettes puis le saucisson et mélangez le tout.
Séparez  le jaune des blancs d’œufs et versez les blancs dans le bol, faites une légère séparation au milieu du bol avec les coquillettes pour que les blancs ne se mélangent pas.
Enfournez dans un four préchauffé à 180° et laissez jusqu’à ce que les blancs soient cuit. Un peu plus que moi les blancs étaient encore un peu crus comme on peut le voir sur la photo, mais ça a été avalé quand même !
Quand les blancs sont cuits et que le tout est bien gratiné, ajoutez les jaunes et repassez au four deux ou trois minutes, ils doivent être à peine cuits.
Enfin un peu de crème, un peu de sel, un peu de poivre, deux fourchettes et… c’est quand même bien de partager à deux !
Ouvrage offert
Mais pourquoi, la terrine de la grand-mère Augustine je sens que je vais en rêver… est-ce que je vous raconte ça…
P.S. : Certaines et certains d'entre vous trouvent les caractères des recettes trop petits. Du coup elles vont maintenant apparaitre en italique et en plus gros, n'hésitez pas à me dire ce que vous en pensez !

Sabtu, 23 Juni 2012

Le vendredi c'est retour vers le futur ! Et des fois le samedi !!! Pavlova en deux cerises et quelques pistaches…

Il y a des recettes raisonnables, bonnes pour la santé et le moral et des recettes pas raisonnables du tout mais alors pas du tout du tout du tout… Et ceux qui fréquentent ce blog savent que régulièrement je tombe du mauvais côté de la force et que je ne sais pas me retenir devant certaines choses…
Et la pavlova est un de mes péchés préférés. Alors pour ce retour vers le futur j'ai eu envie de retrouver une de ces pavlovas, une de ces recettes pas raisonnables du tout du… enfin vous connaissez la suite !
Pavlova en deux cerises et quelques pistaches
Ingrédients pour 3 ou 4 pavlovas :
Pour les meringues : 3 blancs d'œufs – 180g de sucre en poudre – 1 càc de vinaigre blanc (j'ai utilisé du vinaigre de riz) –1 pincée de sel
Pour le reste : 20cl de crème liquide entière – 3càs de sucre glace - 50g de pistache émondées – 1 vingtaine de cerises noires bien mûres et goûteuses – 300g de cerises montmorency – 100g de sucre en poudre
Commencez par faire les meringues. Mettez les blancs d'œufs avec une pincée de sel dans la cuve de votre batteur et battez-les en neige bien ferme. Ajoutez alors le sucre sans arrêter de battre. Dès qu’il est incorporé, ajoutez le vinaigre et battez encore un peu.
Passez les pistaches au mixer, n’insistez pas trop, il ne faut pas les réduire en poudre.
Ajoutez un tiers des pistaches à la préparation pour les meringues. Réservez le reste pour la fin.
Avec la préparation à meringues, faites 3 ou 4 jolis tas avec de jolis pics sur un papier sulfurisé posé sur une plaque de four, pensez à creuser un peu le centre. Mettez au four préchauffé à 110/120° pendant environ 1h.
Pendant ce temps, montez la crème et le sucre glace en chantilly bien ferme et réservez-la.
Préparez ensuite la gelée de cerises montmorency. Dénoyautez les cerises et versez-les au fur et à mesure dans une casserole.
Ajoutez le sucre et mettez le tout sur le feu, laissez à feu moyen pendant une dizaine de minutes en écumant de temps en temps. Passez ensuite la préparation au tamis et reversez le jus tombant du tamis dans une casserole. Remettez au feu jusqu’à obtenir un joli sirop assez épais.
Coupez enfin les cerises noires en deux ou en quatre.
Quand les meringues sont cuites laissez-les refroidir avant le montage.
Pour le montage mettez une jolie couche de crème fouettée sur les meringues puis les cerises, puis de la gelée, puis des pistaches et surtout mangez sans attendre.

Mais pourquoi, pavlova du soir espoir… c'est pas ça le proverbe ??? est-ce que je vous raconte ça…

Petit cocktail Tutti quanti au cidre du samedi midi pour accompagner votre Cheesey pull-appart bread…

Quand Pascale m'a parlé de Slow drinking j'ai levé le sourcil, c'est un peu une habitude chez moi, dès que c'est nouveau j'ai l'sourcil qui se lève tel  un suricate devant une tarte aux myrtilles. Rien de grave sauf quand je m'attrape enfin un carré d'as autour d'une table de poker… En tout cas en écoutant Pascale me raconter de quoi il s'agissait, de cette manière de profiter, de déguster, d'échanger je n'ai pas pu m'empêcher de penser à quelques sirotages du dimanche midi du temps d'alors où comme Mr Jourdain faisait de la prose sans le savoir, nous, nous pratiquions une sorte de Slow drinking avant l'heure…
Ces dimanches-là nous nous retrouvions à quelques pré-post et surtout ado autour d'une table à résumer nos marasmes de la veille autour de quelques verres légers et de quelques grignotages faciles.
Le dimanche étant le lendemain du samedi et le samedi le jour de tous nos espoirs, le jour où nous espérions attraper UNE fille, ce jour-là nous avions besoin d'étaler nos râteaux sur la table et de nous consoler les uns les autres en lapant doucement des petits cocktails multicolores.
Nous avions besoin d'entendre de la bouche des autres, qu'ils avaient eu les mêmes espoirs, les mêmes rêves, qu'eux aussi s'étaient imaginés que la petite blonde, brune ou rousse les avait regardés pendant toute la soirée avec un regard gourmand… Et que finalement quand quelques heures plus tard nous allions enfin l'aborder, la combler de notre présence, elle c'était levée, c'était dirigée tout droit vers nous et était venue comme dans un rêve s'asseoir juste là à côté de… notre voisin en le regardant avec un regard cannibale.
Nous avions besoin de ces dimanches-là où nous nous réchauffions le moral avec les échecs  des autres et de partager la certitude  que la fille était un bien drôle d'animal auquel décidément nous ne comprenions pas grand-chose. Nous avions besoin de ces dimanches pour arriver à repartir le samedi suivant avec le cœur de nouveau plein d'espoir...
Je n'ai pas pu m'empêcher de me rappeler cette lointaine époque et peut-être que je suis resté un siroteur du samedi et du dimanche midi, un slow-drinkeur qui n'attends qu'une chose c'est d'entendre l'arrivée des copains pour profiter, déguster et échanger autour d'un cocktail amical et de petites choses gourmandes à grignoter avec.
Et aujourd'hui j'ai eu envie de refaire un Cheesey pull-appart bread dont vous retrouverez la recette en cliquant sur la photo et si vous passez par là n'hésitez pas, je vous attends le verre à la main…
Petit cocktail Tutti quanti  au cidre
Ingrédients : 1 bouteille de cidre demi-sec ou brut (j'ai utilisé du cidre du pays la Risle) – des citrons verts – de l'Apérol ou un autre bitter italien  - du sirop de sucre
Coupez la moitié des citrons en petits morceaux.
Versez une belle rasade d'Apérol dans les verres.
Déposez quelques morceaux de citron, éventuellement un trait de sirop de sucre mais ce n'est pas obligatoire.
Complétez avec du cidre et finissez avec quelques traits de citron vert. Il ne vous reste plus qu'à siroter aimablement votre verre en tirant des petits morceaux de Cheesey pull-appart bread
Vous pouvez découvrir le Slow drinking par là : Le Slowdrinking en détails et si vous faites vite peut-être gagner un des 50 kitscocktails premium destiné au votant du jeu actuellement organisé autour du Slow drinking… mais vite vite vous n'avez que jusqu'à demain minuit pour voter !
« L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. A consommer avec modération. »

Mais pourquoi, je sens que le week-end va être très cidre… est-ce que je vous raconte ça…

Jumat, 22 Juni 2012

Journal d'un dompteur de chaises - extrait 4



Et si notre " menu gourmand " à moins de 4euros devenait un menu à 3euros 45 ??? Demandez le menu !!!

Sans vouloir jouer les Cendrillons, les robes de princesse ne m'allant pas très bien finalement, je dois avouer qu'à la maison du temps d'avant il n'y avait pas beaucoup de sous… pas beaucoup du tout. Et avec le seul salaire de ma mère, femme de ménage à temps plus que complet, il arrivait que nous trouvions les mois longs, bien longs !
Et pourtant nous mangions bien et même peut-être trop bien certains jours, avec sa foutue habitude d'acheter des filets de bœufs qui pouvaient couvrir tout un avant bras. Mais si nous mangions bien c'est qu'elle avait fait des choix, des choix sans doute plus difficile à faire aujourd'hui.
Il faut dire qu'à l'époque où les animaux de compagnie étaient des dinosaures,  où tout ce que nous portions était susceptible d'avoir plusieurs vies, où les téléphones avaient des cadrans etqu' il fallait six bons mois pour espérer les voir arriver, où la télévision avait seulement trois chaines et la promotion, la pub d'avant, mettait rarement en transe pour les produits qu'elle promotionnait et où les loisirs… Les loisirs étant de toute manière inutiles d'après ma mère, l'affaire était réglée, nous mangions donc bien ! Affaire de choix…
Et aujourd'hui où ça va beaucoup mieux je dois dire que je ne fais pas toujours attention à mes dépenses dès lors qu'il s'agit de remplir mon petit chariot de mille choses qui se mangent, mais pour autant je n'oublie pas…
Et c'est peut-être pour ça que je me suis lancé avec autant d'envie dans cette aventure qui consistait à  préparer un menu "Cuisine du placard" à moins de 4 euros avec Pascale pour Marque Repère (il s’agit de la Marque De Distributeur des enseignes Centres E. Leclerc).

Et peut-être aussi parce que j'ai appris grâce à l'étude d'OpinionWay pour Marque Repère, Marque De Distributeur des Centres E.Leclerc, que 6 Français sur 10*ont un budget de moins de 6 euros par personne, en moyenne, pour concevoir un repas et que certains autres ont beaucoup moins que ça encore… Comme certaines d'entre vous me l'avaient très justement rappelé quand j'avais annoncé ce challenge.
Le sujet me tenait donc à cœur et est important pour bien des gens. Et voilà comment nous avons essayé Pascale et moi de réaliser un petit menu aussi peu coûteux que gourmand. Un menu dont voilà ma version…
Gaspacho minute tomates et poivrons aux amandes
Pour 4 personnes Niveau de difficulté : facileRepère prix : 0.91 €* par personne
*(prix calculé sur la base des ingrédients utilisés pour la recette au 13/06/2012)
Ingrédients : 1 boîte de pulpe de tomate en dés NOTRE JARDIN - 120 g de poivrons rouges au naturel en boîte NOTRE JARDIN - 20 g d’amandes effilées TABLIER BLANC - 20 g de courgettes BIO VILLAGE -20 g de tomates fraîches NOTRE JARDIN -8 feuilles de basilic NOTRE JARDIN - Huile d’olive RUSTICA
Sel et poivre
Commencez en coupant en tout petits cubes la courgette, la tomate et 20g de poivrons.
Mixez ensuite la pulpe de tomate, 100g de poivrons, 1 cuillère à soupe d'huile d'olive, 15g d'amandes effilées préalablement légèrement dorées et 6 de feuilles de basilic grossièrement hachées.
Goûtez et rectifiez l'assaisonnement en sel et poivre.
Versez votre gaspacho dans des petites tasses ou des verrines.
Répartissez les légumes par-dessus, écrasez légèrement les amandes effilées restantes et répartissez-les aussi sur les cubes de légumes.
Versez un filet d'huile d'olive et dégustez sans attendre.
Kedgeree au cabillaud et crevettes
Pour 4 personnes Niveau de difficulté : facileRepère prix : 1.85 €* par personne
*(prix calculé sur la base des ingrédients utilisés pour la recette au 13/06/2012)
Ingrédients : 300 g de Sélection de 3 riz COMPTOIR DU GAIN - 2 Œufs fermiers Label Rouge ŒUFS DE NOS REGIONS - 250 g de morceaux de filet de cabillaud surgelés PECHE OCEAN - 150 g de crevettes nordiques décortiquées cuites PECHE OCEAN - 4 ou 5 oignons nouveaux - 1 Gousse d’ail BIO VILLAGE - 30 g de beurre doux LES CROISES - 2 Cuillères à café de curry en poudre RUSTICA - ½ cuillère à café de gingembre en poudre RUSTICA - ½ citron BIO VILLAGE - 10 cl de crème liquide entière 30% MG BIO VILLAGE - 15 g d’amandes effilées TABLIER BLANC – Sel - Poivre RUSTICA
Commencez en faisant cuire les œufs pendant 8 minutes pour qu'ils soient presque durs mais encore un peu crémeux au centre. Passez-les ensuite sous l'eau froide pour les refroidir et écalez-les.
Faites cuire le riz selon les indications du paquet puis égouttez-le bien.
Pendant ce temps émincez les oignons, le blanc et le vert séparément.
Mettez le beurre dans une grande sauteuse et ajoutez le blanc des oignons et l'ail en chemise juste écrasé et faites revenir à feu moyen jusqu'à ce que ça commence à peine à colorer.
Ajoutez alors le curry et le gingembre, remuez bien pendant 1 ou 2 minutes.
Ajoutez le cabillaud et laissez cuire à feu moyen jusqu'à ce qu'il soit cuit. Ajoutez les crevettes, mélangez et laissez 1 minute ou 2 sur le feu en remuant bien.
Ajoutez le riz égoutté et mélangez bien, laissez à feu doux en remuant régulièrement pendant 1 ou 2 nouvelles minutes.
Versez le jus de citron puis la crème en la répartissant bien sur le plat.
Couvrez, éteignez le feu et laissez infuser pendant 3 minutes.
Juste avant de servir posez les œufs coupés en deux sur le plat et parsemez le tout avec le vert des oignons nouveaux, les amandes effilées légèrement dorées et le zeste du citron râpé très finement.
Frozen Yogurt aux fruits rouges et à la menthe
Pour 4 personnes Niveau de difficulté : facile Repère prix : 0.35 €* par personne
*(prix calculé sur la base des ingrédients utilisés pour la recette au 13/06/2012)
Ingrédients : 200 g de yaourt brassé DELISSE - 150 g de fruits rouges mélangés surgelés FRUISTAR - 50 g de framboises entières surgelées FRUISTAR - 3 cuillères à soupe de sucre en poudre - 6 feuilles de menthe + quelques-unes pour la déco
Pour une dizaine de meringues : 1 Œuf fermier Label Rouge ŒUFS DE NOS REGIONS - 60 g de sucre glace
Commencez par préparer vos meringues, faites-les bien à l'avance pour qu'elles aient bien le temps de sécher et de refroidir.
Préchauffez votre four à 110°.
Montez au batteur le blanc en neige bien ferme. Ajoutez le sucre glace en pluie et continuez de fouetter jusqu'à obtenir un mélange homogène.
Versez dans une poche à douille.
Faites des petits tas de meringue sur une plaque couverte de papier sulfurisé et enfournez pendant une 45 minutes.
Une bonne heure avant de réaliser vos frozen yogurts mettez vos yaourts au congélateur, profitez-en pour y mettre aussi vos verrines.
Juste avant de les réaliser, hachez les feuilles de menthe grossièrement au couteau.
Placez ensuite tous les ingrédients dans un mixer et mixez finement la préparation. Vous allez voir la glace se former et devenir onctueuse. N'insistez pas trop sinon vous allez la faire fondre.
Versez la crème dans les verrines et réservez-les au congélateur jusqu'au moment de servir.
Servez chaque frozen yogurt avec une petite meringue que chacun écrasera juste avant de déguster et quelques petites feuilles de menthe pour décorer.
Un menu que nous avons réalisé Pascale et moi en compagnie de quelques amies, Anna, Birgit, Johanna, Marie et Sandra lors d'un atelier très convivial, réalisé et dégusté ensuite.
Avant que nos invités choisissent, le menu du placard avec nos propositions, un menu qui finalement se composera, de mon entrée, du succulent parmentier de Pascale dont vous pourrez retrouver la recette en cliquant là : le parmentier de Pascale et de mon petit dessert.
Une bien bonne soirée et un menu qui finalement vous coûtera, pour 1 entrée, 1 plat et 1 dessert avec les produits Marque Repère seulement 3,45 euros par personne!
Merci mille fois à toutes les participantes à cette très très bonne soirée, à Pascale pour sa bonne humeur sans faille et son talent dont je ne me lasse jamais, à l’équipe Kingcom pour toutes ses attentions qui font les bonnes soirées, à Tayebpour son efficacité à nous rendre la vie facile et à Sylvain Bertrand dont les très belles photos de l'atelier illustrent cet article.

Prochaine étape de l’aventure : un atelier cuisine avec le grand public en octobre.

* D’après un sondage OpinionWay pour Marque Repère, Marque De Distributeur des Centres E.Leclerc réalisé le 9 mai 2012 sur un panel de 1 015 individus


Mais pourquoi, bon et pas cher finalement ça sent la conversion… est-ce que je vous raconte ça…

Yum ! Yum ! Yummy le Yummy ! Magazine est sur vos écrans ! Et c'est l'été !?!

Ayé il est arrivé le Yummy ! Magazine notre gourmand magazine culinaire. Et comme à chaque fois que j'écris l'Edito que Carole m'a fait l'amitié de me confier, je regarde par la fenêtre…
Je regarde par la fenêtre pour essayer d'attraper l'air du temps, sentir le printemps qui finit ou l'été qui s'amène. Parce que Yummy ! Magazine n'aime pas que la gourmandise, il aime aussi la fraîcheur et la saison de ces ingrédients que nous aimons attendre longtemps et dévorer enfin avec plaisir.
Le problème avec l'air du temps, c'est que justement il passe ! Et quand je regarde à ma fenêtre ce que j'y vois ne ressemble pas toujours à ce que vous allez voir quelques temps plus tard quand le numéro arrivera enfin sur vos écrans.
Du coup je me transforme en monsieur météo en essayant de deviner le temps qu'il fera… Je me demande si cet hiver froid va durer longtemps, si les orages vont passer ou si le soleil va enfin apparaitre au lointain ! Je me demande tout ça pour éviter de vous parler d'un printemps fatigant à force de pluie et d'orage alors que finalement tout ça s'est envolé et que vous regardez votre magazine préféré sous un soleil de plomb. 
Et cette drôle de position de parieur m'amuse à chaque numéro du Yummy ! Magazine au moment de me mettre à écrire… surtout que j'oublie souvent ma première intention portée par la gourmandise des articles du nouveau numéro ! Parce que finalement l'air du temps ne fait que passer et la gourmandise, elle, reste !
Alors n'hésitez pas, jetez-vous sur le nouveau numéro du Yummy ! Magazine, il vous attend là :
- Pour le feuilleter en ligne : cliquer ICI
- Pour le télécharger : cliquer ICI
Et n'oubliez pas de penser au prochain numéro en préparant vos petites recettes à base de prunes, d'aubergines et des goûters gourmands !

Mais pourquoi, bon d'ailleurs il ne voudrait pas changer d'air le temps ! Est-ce que je vous raconte ça…

Kamis, 21 Juni 2012

Le mercredi, c'est Repas Divin ! Et des fois le jeudi ! Avec blanquette de veau express Japonisante au programme de ce 8e épisode !

Le jeudi, pour une fois, c'est donc le rendez-vous avec Repas Divin la web série gastronomique et aujourd'hui au programme :
- « Côté cuisine » : Blanquette de veau express Japonisante
- « Côté cave » : Les accords mets/vins
- « Week-end divin » : Vivre l’art et l’art de vivre au milieu des vignes
- « La minute dégustation » : Face à l’alcool : la différence homme/femme


episode 8 : Blanquette de veau express Japonisante par Repas_Divin

Blanquette de veau express Japonisante
Ingrédients pour 6 personnes : 400 g d’escalope de veau - 3 carottes - ½ radis noir - 100 g de pois gourmands - 3 oignons nouveaux - 6 champignons de Paris - 20 g de gingembre frais - 10 g d’algues séchées - 10 cl de crème liquide - 2 g de wasabi - 10 g de graines de sésame - 5 cl de sauce soja - huile d’olive
Laver tous les légumes. Eplucher les carottes, les champignons de Paris et le radis noir. Tailler tous les légumes (carottes, radis noir, oignon, pois gourmands et champignons de Paris) en julienne, c’est-à-dire en fins bâtonnets.
Eplucher et hacher le gingembre.
Couper le veau en fines lamelles.
Dans une grande poêle ou dans un wok bien chaud, verser un filet d’huile d’olive, et saisir les lamelles de veau 1 min de chaque côté, pour les colorer. Les débarrasser.
Dans la même poêle, remettre un peu d’huile d’olive, et verser la julienne de légumes. Bien mélanger, ajouter le gingembre frais. Déglacer alors avec 10 cl d’eau et la sauce soja. Cuire à feu vif, compter 2 minutes de cuisson après ébullition. Enlever les légumes, les réserver au chaud, puis ajouter la crème dans le bouillon de cuisson et faire réduire. Lorsque la sauce est nappante finir avec les graines de sésame et le wasabi.
Remettre la viande dans cette sauce et la réchauffer à feu doux quelques minutes.
Répartir les légumes en assiettes plates, disposer la viande dessus, puis finir avec l’algue séchée.
Le plus du chef :
Si la sauce n’est pas assez onctueuse, vous pouvez la lier avec un peu de maïzena.

Mais pourquoi, je sens que le Japon me reprend, ça va encore finir chez… est-ce que je vous raconte ça...

Selasa, 19 Juni 2012

Ma très belle recette, réalisez votre plus belle recette et gagnez peut-être… plein de choses ! Et petite recette minute pour une envie de goûter fraîcheur très… fraîche !

Des envies d'un p'tit concours tout simple avec plein de jolies choses à gagner, ça vous intéresse ? Alors voilà pour vous…
Du 4 au 24 juin, Picard organise pour vous son Grand concours de recettes.
Entrée, plat, dessert... chaque participant peut publier jusqu'à 3 recettes avec leur photo (1par catégorie), avec 2 ingrédients Picard minimum (hors herbes aromatiques, condiments, aides culinaires et sauces).
Laissez libre cours à votre imagination et faites-nous rêver avec vos plus belles recettes !
Un jury Picard sélectionnera les 27 recettes gagnantes (1 entrée, 1 plat et 1 dessert par région) du premier tour.  Et celles-ci  nous seront ensuite soumises, à Nadia, Réquia et moi, et nous désignerons les 3 Très Belles Recettes du concours.
Et attention voilà ce que l'on peut gagner !
Pour chacun des 27 lauréats désignés par le jury Picard : Un robot sur socle KitchenAid®
Pour chacun des 3 grands lauréats sélectionnés par le jury : Un coffret Lys Grand Chef Relais & Châteaux®
Alors, vous êtes prêts ? Alors à vos recettes !!! C'est là que ça se passe : Ma très belle recette
Moi je me suis juste attrapé l'envie d'un goûter vite fait et ça a finit comme ça… Une petite gourmandise qui n'entrerait pas dans le concours puisque je n'ai utilisé qu'un de leurs ingrédients !
Gouter minute melon et pêche et menthe
Ingrédients : Un pot de glace au melon Picard – 1 pêche ou une nectarine bien mûre et bien sucrée – 1ou deux feuilles de basilic – 1càs d'amandes effilées légèrement dorées - 1 trait d'huile d'olive – poivre du moulin
Là c'est tout simple, si vous avez une cuillère parisienne, faites des jolies billes de pêche ou de nectarine, sinon coupez de jolis cubes que vous poserez sur la glace.
Coupez le basilic en petits carrés parsemez-les sur la glace. Arrosez-la d'un petit filet d'huile d'olive.
Parsemez les amades effilées en les écrasants légèrement entre vos doigts et terminez par un tour de moulin à poivre.
Et si jamais vous avez envie de vous faire aider pour faire votre photo de recette, cette petite vidéo maline pourrait bien vous plaire !
Mais pourquoi, je me demande si je préfère le vert pomme ou le rouge cerise… y'a un rouge cerise d'ailleurs ? est-ce que je vous raconte ça…