Senin, 25 Juni 2012

Esterelle et moi c’est une vieille histoire… Un wrap croque-madame mademoiselle ??? drôles de questions et livres dans tous les sens !!!

Esterelle Payany est arrivée chez moi à en 2005, quelques mois avant l’ouverture de ce blog, avec un drôle de petit livre Cuisine de fête chic et pas chère : Recettes délicieuses pour soirées chaleureuses qui déjà révélait le caractère facétieux d’Esterelle. Et après je l’ai suivie de livres en livres, de potirons en babas, de panés en soufflés et de smothies en brunchs branchés… Petit à petit elle a donc peuplé avec gourmandise les rayonnages de ma bibliothèque.
Et puis un jour je l’ai rencontrée et je me suis rendu compte que cette jeune femme mélangeait avec bonheur l’impertinence, une amitié fidèle et une énergie… très énergique Et lors de notre dernière rencontre du côté d’un grand quotidien du matin, je vous en reparle bientôt, elle est arrivée avec ses deux derniers venus, Wraps aux Editions Solar et La cuisine est un jeu chez Librio avec Marie Donzel.
Dès que je les ai eus en main, je me suis instinctivement plongé dans Wraps, sans doute à cause de l’heure, d’un début d’appétit galopant et de ma faiblesse pour les petits roulés. Me voilà donc parti à feuilleter les pages rapidement, à midi j’évite les arrêts au risque de me retrouver en train de lécher les pages avidement ! Mais petit à petit mon rythme s’est ralenti et les pages se sont cornées les unes après les autres et après un moment d’absence rêveuse face au Wraps curry, je ai refermé le livre lui promettant quelques joyeuses parties de cuisine dès mon retour.
Comme il me restait de l’appétit à revendre je me suis intéressé à  La cuisine est un jeu.
Le neurone du garçon étant une chose rare il ne faut pas le surcharger, diriger le doigt qui tourne les pages lui suffit à être au bord de la méningite ! Alors espérer qu’il réfléchisse en même temps...
Et plus je tournais les pages et plus je cherchais les recettes et plus je ne les trouvais pas… étrange que je me suis dit. J’ai dû alors ralentir le doigt qui tourne pour essayer de réfléchir un peu.
C’est là que je me suis rendu compte que le titre du livre indiquait son contenu ! Ce n’est pas un livre de recettes, même s’il y en a aussi comme disait l’autre, c’est un livre de jeux, ludique et malin ! Et de pages en pages ce sont donc QCM, questionnaires et autres mots croisés qui se succèdent tout cela agrémenté de quelques recettes.
Du coup si vous voulez savoir pourquoi les fèves peuvent être sulfureuses, quelle est l’herbe la plus coquine ou ce qui compose un café blanc et des centaines d’autres choses en vous amusant avec gourmandise essayez La cuisine est un jeu. Et si vous préférez vous les rouler et mettre de drôles de galettes à toutes les sauces, voyager du Mexique à la Scandinavie, rouler libanais ou italien, c’est vers Wrap que vous devez tourner le regard. Et si vous hésitez, comme ces deux ouvrages sont à petit prix et bien…
Et moi en rentrant j’ai donc retrouvé Wraps pour mettre mes menaces culinaires à exécution en détournant la recette de wrap croque-monsieur pour la travestir en croque-madame ! Une recette toute simple avalée aussi sec par ma bande de castors.
Un wrap croque-madame mademoiselle ???
Ingrédients : 4 tortillas toutes faîtes (ou alors faites maison) – 4 tranches de jambon – 40g de beurre – 120g de comté râpé – 4 portions de Vache qui rit (Esterelle en utilise 8) – 16 œufs de caille – sel et poivre
Commencez en tartinant la vache qui rit sur les tortillas et si vous n’aimez pas la Vache qui rit@ de la bonne crème fraîche bien épaisse, bien onctueuse ça le fait aussi.
Répartissez ensuite le comté râpé, poivrez puis posez une tranche de jambon par dessus.
Passez-les ensuite à la poêle avec un morceau de beurre d’abord à plat pour bien les dorer partout puis pliées pour finir de bien fondre le fromage de chaque côté.
Dès qu’elles sont prêtes faites rapidement cuire les œufs de caille 4 par 4 en penchant la poêle pour leur donner une forme de lune, attention ça va très vite.
Ensuite un coup de poivre, une pincée de sel et c’est prêt !
Ouvrages offerts
Mais pourquoi, ah tiens je savais bien qu’il ne fallait pas tartiner le foie gras ! est-ce que je vous raconte ça…

Tidak ada komentar:

Posting Komentar