Selasa, 11 September 2012

Cauchemar du jour, et si le chocolat n'héxistait plus !!! Tartelettes chocolat framboises et citron vert...

Des fois je me demande si je me demande si la bouffe n'a pas pris un chouya trop de place dans ta vie… juste un chouya !
Souvent quand on cauchemarde il y a plein plein de choses affreusement horribles qui semblent décidées à vous dévorer, vous trucider, vous… enfin vous faire passer un moment pas vraiment agréable.
Mais dans mon rêve de l'autre nuit il n'y avait rien d'anormal, pas de surprise, aucune grenouille géante et bavante au coin d'une rue prête à m'avaler d'un coup de langue, juste l'impression d'une balade dans une ville où tout semble normal… sauf cette curieuse impression…
Un peu comme ce jour où je me suis subitement réveillé comme un coucou en voyant que mon réveil indiquait huit heures moins cinq… soit juste cinq toute toute petites minutes avant que l'infernale pointeuse du boulot retentisse et que mon chef d'alors commence à réfléchir au sermon qu'il allait me faire, un long long sermon.
Et c'est comme ça que je me suis retrouvé trois secondes quinze plus tard, dans la rue, à moitié habillé, haletant, le sac poubelle à la main et la pantoufle aux pieds à me dire y'a un truc bizarre, y'a un truc… avant de me rendre compte à quelques pas de l'usine que les boutiques fermées et le peu de gens dans la rue finalement c'était normal… un 14 juillet.
Donc me voilà dans mon rêve, presque dans la même position à me dire y'a pas, y'a un truc qui…
C'est sans doute en passant devant cette boulangerie à côté de laquelle la chocolaterie de Charlie pourrait passer pour un temple de la sobriété que j'ai commencé à comprendre en entendant un mot qui résonnait tout doucement dans mon esprit, chocolat, chocolat, chocolat…
Dans cette devanture pas le moindre éclair, pas de religieuse, pas d'opéra, pas… pas de chocolat ! C'est ce que ce sont d'ailleurs mis à répéter polonaises ventrues et baba dégoulinant… pas de chocolat ! pas de chocolat !!! Et me voilà parti à courir dans les rues et les allées des supermarchés et partout des rayons et des visages hilares répétant pas de chocolat ! pas de…
J'avais beau courir de plus en plus vite pas une tablette, pas un carré, même pas un copeau ! Le chocolat avait disparu de l'univers !
Et me voilà enfin devant mon placard, ne me demandez pas par quel raccourci, la logique et les rêves… me voilà trempé de sueur, le cœur prêt à éclater et quand j'ouvre mon placard…
C'est là que je me suis réveillé me redressant d'un coup comme dans les pires épisodes de la momie, en sueur, affolé et désorienté… C'est aussi là que j'ai senti que j'avais un drôle de truc chaud et liquide qui me collait aux mains, un truc qui avait dû être une tablette de chocolat sur laquelle j'avais du m'endormir et que j'avais dû malaxer avec angoisse pendant mon cauchemar…
Et c'est aussi là que j'ai vu Marie me regarder l'air un peu moqueur, regarder mes mains et les traces de mes mains sur les draps, regarder mon visage digne du sioux Castor gourmand quelque peu badigeonné de chocolat et que je l'ai entendue dire Chouchou t'es peut-être pas obligé de passer la nuit avec tes tablettes de chocolat, elles savent que tu les aime… elles ! avant de se retourner et s'endormir comme si de rien n'était...
Tartelettes chocolat framboises et citron vert
Pour les fonds : 125g de farine – 50g de sucre en poudre – 75g de beurre – la moitié d'un œuf battu – 1pincée de sel
Pour la garniture : 100g de chocolat noir – 100g de crème fraîche liquide – 1 barquette de framboises – 1citron vert – du sucre glace
Mettez dans un saladier la farine, le beurre coupé en petits morceaux (plutôt frais le beurre) et le sel, et mélangez jusqu'à obtenir une consistance sableuse.
Mélangez à part l'œuf et le sucre puis versez sur la première préparation, mélangez rapidement et dès qu'une pâte se forme, faites une boule, mettez-la dans un film alimentaire et réservez-la au frais une bonne heure.
Etalez alors la pâte bien finement, il faut vraiment que la pâte soit bien fine pour que les tartelettes soient bonnes.
Garnissez avec des cercles à pâtisser posés sur du papier sulfurisé. Enfournez dans un four préchauffé à 160° pendant une dizaine de minutes. Surveillez bien la cuisson, selon l'épaisseur les fonds de pâte cuisent plus ou moins rapidement.
Pendant ce temps préparez la garniture.
Hachez grossièrement le chocolat. Faites chauffer la crème bien chaud et versez-là sur le chocolat, couvrez avec une assiette et laissez comme ça pendant trois minutes.
Mettez ensuite à refroidir. Laissez juste le temps que le mélange soit froid n'attendez pas qu'il durcisse. Battez très rapidement juste pour donnez un peu de légèreté.
Quand les fonds sont prêts, laissez-les refroidir puis garnissez-les généreusement avec la ganache.
Parsemez les framboises et finissez en saupoudrant d'un peu de sucre glace et de quelques zestes très très fin de citron vert.

Mais pourquoi, heureusement que je ne me suis pas endormi en mangeant des ailerons de poulet en sauce… est-ce que je vous raconte ça…

Tidak ada komentar:

Posting Komentar